Cie Greffe / Cindy Van Acker

Cie Greffe / Cindy Van Acker

Fr. | En.

Pneuma 02:05, 2005

On cherche la déshumanisation corporelle et la déconstruction émotionnelle, utilisées non pas pour la réduction de la personnalité, mais pour la transcendance de celle-ci et pour l'obtention d'une nouvelle organicité.

Malgré la reconnaissance des formes humaines, on travaille le corps comme une matière vivante pour tendre vers une confluence du mouvement, de la forme, de l'expression et de l'état. Ce sont là les principes fondamentaux résultants des années de recherche corporelle solitaire qui, dans la confrontation avec l'autre, ne pourrait, je l'espère, cesser de se développer et de s'accroître.
cva

Le texte suivant a été proposé par Patricia Gélise après la vision de pneuma 02:05

« …Ces êtres d’une grande beauté des deux sexes se ressemblent tous tellement qu’on pourrait en isoler  un pour le décrire, et leurs attitudes sont anonymes et impersonnelles. Ils forment une seule et unique famille, et qui nous fait d’autant plus penser à une famille du règne végétal que leur expression se limite à un regard rêveur et silencieux. Leur immobilité aussi a quelque chose de végétal, à tel point que leurs mains, d’un dessin si délicat, semblent vriller cherchant l’appui des fleurs voisines.

Et ils ont l’air d’avoir surgi du sol au hasard, comme des fleurs sauvages dans une prairie. Car la vague uniformité des corps nus n’est soumise à aucune discipline formelle. Cependant, bien qu’il semble à première vue que seul l’arbitraire ait présidé, ici à la concentration, là à l’éparpillement de ces corps mouvants, nulle part nous n’avons le sentiment qu’il y a trop de monde, nulle part que le hasard a laissé trop de vide. Bien que tous paraissent libres de suivre leur propre leur propre inclination, ils restent cependant unis entre eux par un lien invisible. Ce lien, c’est la tendresse qui unit comme des frères et des sœurs d’une même intimité tous ces habitants des pâturages célestes. »

 Henry Miller, Big Sur et les oranges de J.Bosch, 1957
(description du Jardin des Délices de Jérôme Bosch)

 

 

 

Distribution

Chorégraphie Cindy Van Acker
Interprétation Tamara Bacci, Marc berthon, Ismaël Oïartzabal,Corina Pia, Anja Schmidt, Diane Senger, Nathalie Tacchella, Jòzsef Trefeli
Composition sonore Frédérique Franke, Philip May, Denis Rollet
Lumière Luc Gendroz
Costumes Aline Courvoisier
Durée 100 min

Création Festival de Corps, Valenciennes, France
Production Cie Greffe
Coproduction Journées de la Danse Contemporaine Suisse 2006
Créé à Genève dans les studios de l'ADC et Aloïse, à Bruxelles aux Kaaitheaterstudio's
Avec le soutien de la Ville de Genève- Département de Affaires Culturelles, l'Etat de Genève- Département de l'Instruction Publique, Pro-Helvetia- Fondation Suisse pour la Culture, la Loterie Romande, la Société Suisse des Auteurs, Stanley Thomas Johnson Stiftung
Administration, diffusion Tutu-Production, Véronique Maréchal, Simone Toendury
Photos copyright Isabelle Meister